Historique

« L’art de la thérapeutique vertébrale est ancien ; je tiens en haute estime ceux qui l’ont découvert, comme ceux qui génération après génération me succéderont, et dont les travaux contribueront au développement de l’art naturel de guérir. » Hippocrate (460-370 av JC)

Aussi loin que l’on puisse remonter dans les origines de la médecine, en Egypte ou en Chine, la pratique des thérapies manuelles appartenait à l’art de guérir.

Hippocrate, père de la médecine puis Galien (129-201 av JC) s’inspirèrent de l’enseignement de ces pionniers de la thérapie vertébrale.

Pourtant, pendant de nombreux siècles, la médecine laisse de côté les thérapies manuelles, uniquement pratiquées par des rebouteux ou des bonesetter (nom anglais), qui soignaient la colonne vertébrale, les entorses et les luxations non sans réussite souvent, mais sans connaissance certainement.

En 1895, Daniel David Palmer, magnétiseur, redécouvre l’importance des manipulations vertébrales. Il parvient à soigner un patient atteint de surdité en ajustant une vertèbre qui comprime un nerf. Les bases de la chiropratique sont alors posées.

Son fils BJ Palmer joue un rôle important dans son développement en s’attachant aux connaissances scientifiques de l’époque et fonde la première école de chiropratique en 1902.

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :